Bienvenue !

 Venez découvrir l'art du feu et un évènement céramique où se côtoient archéologie, poteries et créations contemporaines

A chaque journée, je publierai mes photos, mais aussi, toutes celles qui me seront parvenues à cette fin. Les albums sont complétés par un article résumant les journées passées.

Pierre Leutard

Recherche

7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:13

 

P1060335

C'est quoi cet empilage ou plutôt embouteillage ?

 

Ben, c'est un "Katagama", mais oui ! Alors, c'est quoi un four Katagama ?

 

C'est un projet très particulier qui est parfaitement décrit sur le site officiel de l'association, cliquez ici.

 

Ainsi débutent les 18 èmes journées de la céramique de Bélesta sous un soleil annoncé ... uniquement pour le weekend.

  Le beau ciel bleu date de vendredi matin, la veille, c'est l'orage qui était au rendez-vous.

 

C'est sous la tente que la cheminée du Katagama prend forme.

 

Posée sur un socle de briques crues, les 26 couches de bouteilles forment un ensemble de plus de 2 mètres de hauteur.

 

Composées de 26 unités par rangée, ce sont 676 "bourguignonnes", "bordelaises", "champenoises" et autres bouteilles de bière qui forment la cheminée.

  P1060322
  P1060342   P1060332
    En fin de matinée du vendredi, la partie cylindrique était terminée. Les photographes et camerawoman sont à l'oeuvre.
  P1060346   P1060347
    Les bouteilles de biéres, plus petites, nous permettent de resserrer le diamètre. Nous pourrons installer une rehausse pour améliorer le tirage.
  P1060355   Les pièces, la plupart chamottées, finissent de sécher au soleil.
  P1060364   P1060365
    Pas facile de trouver la meilleure disposition pour assurer la meilleure circulation de la flamme.
  Phase délicate également, la pose de la structure métallique ... sans casser les pots, évidemment !
  P1060370
  C'est parti pour une longue et fastidieuse pose de publicités. Deux équipes oeuvrent de part et d'autre du laboratoire avec les "trempeurs" et les "poseurs".
  P1060376

  P1060380

 

 

 

 

 

L'alandier est à moitié enterré. Une grille séparera le feu des braises.

  P1060385   Pose de la réhausse.
  P1060392 Un petit clin d'oeil aux travailleuses de l'usine à barbotine qui ont toujours livré à temps ce composant essentiel.
  P1060413   P1060420
  Petit feu pour sécher à la fois les poteries mais surtout le mille-feuilles (30 couches) du laboratoire.
  Pendant que le Takagama chauffe tranquillement, une table pleine de bonnes choses va nous préparer à une belle soirée de cuisson.
  P1060422
  C'est parti pour une montée en température contrôlée par Perrine ...
  P1060428

  P1060436  

 

 

 

 

 

 

 

 

Jusqu'à l'apothéose vers minuit. Le très bon tirage a permis d'illuminer toute la colonne de bouteilles.

P1060439

Jean-Marie contrôle la réduction. Les sondes de température nous ont indiqué 1160 °C et 1080 °C en fin de cuisson grâce aux alandiers latéraux.
P1060440  P1060456
  Premières vues de l'intérieur, quelques inquiétudes commencent à poindre ...
 P1060460  P1060463
Mais avant de voir les pots, il faut ouvrir le four. Une parfaite action synchronisée de 10 personnes sous le conrôle magistral de Jean-Marie nous permettra de constater que la cuisson a été globalement uniforme.
 La température a été un peu trop élevée, une rangée de pots après l'alandier. Des pièces ont fondu.
P1060467
P1060343  Bien sûr, tout le monde veut être au premier rang et certains sont plus curieux encore avec leur appareil photo.
P1060499  Cinq ou six pièces associées aux briques-support sont devenues indissociables !
 P1060492  P1060487
Puis vint le tour de la cheminée avec également de belles surprises.
Les bijoux du Katagama facilement reconnaissables pour quiconque connaît la culture Kazakhe.
  P1060494
  P1060497

  Fin des 18 èmes journées, même les bouteilles sont tristes.

Toutefois, il se murmure qu'elles n'ont pas dit leur dernier mot !

A l'année prochaine ...

 

 

Beaucoup d'autres photos sont disponibles dans la partie "albums" :

 

Le four Katagama

Les autres cuissons

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Leutard
commenter cet article

commentaires